Comment perdre du poids définitivement en apprenant à gérer les kilos émotionnels?

Perdre du poids ne serait pas seulement lié aux habitudes alimentaires… C’est aussi une question d’émotion.

L’Alimentation émotionnelle qu’est ce que c’est ?

Vous venez de vivre une journée éprouvante, quelque chose  vous a contrarié, vous avez manqué de temps pour vous détendre et résultat, vous avez couru toute la journée… Vous rentrez chez vous et hop! Direction les placards…! Le lieu où se cache le pot de pâte à tartiner et bien d’autres calories vides réconfortantes mais mauvaises pour la ligne…

Est-ce vraiment la meilleure solution pour se détendre?  Pas certain ! Ceci n’est qu’un exemple. D’autres situations peuvent vous induire  à opter pour une alimentation inadaptée.  De nos jours, sont pointés du doigt le stress, l’isolement, l’ennui, la peur de l’échec, le manque de confiance en soi et un tas  d’autres états émotionnels. Toutes ces « mauvaises » raisons portent un nom: l’Alimentation émotionnelle! Elles peuvent nous induire à choisir la nourriture comme réconfort, au détriment de notre tour de taille. 

Aujourd’hui, avec un mode de vie toujours de plus en plus pressant, un bon nombre de personnes sont confrontées à ces états délétères pour la santé. Il parait donc essentiel d’apprendre à mieux les  gérer afin de les vivres plus sainement et ainsi d’éviter les émotions « enkilosantes ». Ce qui au passage, nous permettra de mincir tout en gagnant en bien-être. Nous allons découvrir comment gérer tout cela dans un instant, mais d’abord…

Un peu d’histoire s’impose pour comprendre en quoi nos émotions pèsent dans nos assiettes ?

Depuis notre venue au monde, l’alimentation possède un caractère affectif! En effet, le premier contact que nous élaborons avec la nourriture est associé à l’acte de téter et le sentiment de sécurité que celui-ci apporte en lien avec ses figures parentales.

bebe

Puis, nous grandissons et nos parents ont en quelque sorte réalisés notre éducation alimentaire de la meilleur façon qu’ils ont pu. Ce qui déterminera la votre.

Par la suite, nous avons parfois associé des sentiments forts à la nourriture comme lorsque vous avez ressenti vos premières frustrations et le cerveau a pu interpréter involontairement le sucre ou le fait de trop manger comme une sorte de doudou. Il faut d’ailleurs savoir que lorsque l’on prend n’importe quelle décision dans la vie (comme celle de mincir), tout commence dans notre cortex mais celui-ci peut s’opposer à deux ennemis…

La guerre des cerveaux face aux émotions!

Face à une tentation alimentaire et malgré toute notre volonté consciente, le cerveau limbique (qui gère les émotions) voudra une satisfaction immédiate car manger procure une sensation de bien-être. Les aliments gras et sucrés notamment, renforcent le message de récompense par le plaisir de mal s’alimenter afin de palier à une émotion négative. Ce qui signifie que plus nous avons des difficultés à exprimer nos émotions refoulées (dispute, rancœur, colère, déception…) ou non, plus la malbouffe sera considérée comme un réconfort incompatible avec notre volonté d’entamer un régime et d’y parvenir. Le cortex se heurtera aussi au cerveau reptilien ( qui assure la survie et contient notre mémoire archaïque) qui sera freiné par une mise en alerte afin d’éviter un danger… Ne pas manger lui rappelera les périodes de famine. D’où l’importance de ne pas faire des régimes strictes au risque de craquer plus violement la prochaine fois.

Si certains éléments commencent à s’éclaircir, il  existe aussi une autre cause bien plus profonde qui dicte notre rapport aux kilos émotionnels

L’intestin un deuxième cerveau?

Hormis nos réflexes archaïques involontaires, l’une des autres raisons d’une prise de poids émotionnelle provient des dernières avancées en neurosciences : Le lien entre l’intestin et le cerveau!

En effet ces deux protagonistes influent directement dans un sens comme dans l’autre sur le bon état général du corps en communiquant via le nerf vague. Ce n’est pas par hasard si l’on retrouve certaines expressions courantes dans la langue française comme « Avoir la boule au ventre », « Sortir ses tripes » ou encore l’étrange similitude si l’on établi le lien subtil entre « maux de tête et maux de ventre »

microbiote

Nos intestins jouent donc bel et bien un rôle sur nos émotions par la présence de neurones que l’on retrouve au bout du tube digestif et qui forme un ensemble de bactéries appelées microbiote!Si ce dernier est un acteur fondamental pour notre système immunitaire, il régule aussi le poids en gérant l’ingestion de la qualité de la nourriture que nous lui fournissons. En interprétant nos états affectifs, il est également susceptible de moins bien assurer toutes ses fonctions. Manger parce qu’on est stressé ou être stressé par ce que l’on mange? Mauvaise gestion de sa ligne assurée… Ce qui par ailleurs nous explique pourquoi lorsque l’on vit quelque chose de négatif, notre « deuxième cerveau vous le fera savoir : Vous êtes stressé ? Vous souffrirez peut être de nœuds d’estomac, d’insomnies, de constipation chronique, de maladies à répétition… Chaque personne peu réagir différemment!

Stress, Fatigue Chronique, Système immunitaire en baisse, Difficultés à perdre du poids… Quoi qu’il en soit, notre corps s’imprègne de nos émotions et nous parle. Nous sommes désormais en mesure, de mieux comprendre pourquoi, malgré tous les efforts alimentaires du monde, certains mécanismes peuvent venir perturber votre volonté de perdre du poids. En prenant donc soin de ce que nous mangeons et en apprenant à gérer nos émotions autrement, vous serez enfin en mesure de prendre soin de votre ligne et de la conserver durablement!

Alors, Comment faire?

La bonne nouvelle c’est que tous nos comportements, émotions et pensées sont reprogrammables. Ce qui compte à présent, c’est de prendre conscience de tous ces faits puis de reprendre le contrôle car si un jour nos neurones ou nos intestins ont appris à faire le mauvais chemin, il n’est jamais trop tard pour bifurquer en brisant notre carapace.

Comment gérer une émotion? Tout d’abord, une émotion est non contrôlable sachez-le ! Il est au contraire important de la vivre pour ne pas la réprimer et ainsi ne pas  gaspiller de l’énergie  dans une plaquette de chocolat ou autre objet de délit pour la combler; Mais aussi pour ne pas détraquer votre microbiote qui, comme nous l’avons vu, peut être responsable de votre état émotionnel et de santé, ce qui autrement dit  nous conduit à se tourner vers des comportements alimentaires néfastes .

Pour donc récupérer le contrôle de votre santé, sachez qu’une émotion est souvent liée à un besoin, c’est à partir de là que vous allez reprendre du pouvoir sur vous-même.

Une bonne solution inspirée des thérapies neuro-comportementalistes consiste à reprendre contact avec soi! Alors, dorénavant, à chaque fois que vous vous rendrez compte que vous allez craquer pour un aliment doudou ou manger en excès- posez vous ces 3 questions :

  • Ai-je vraiment faim ou ai-je envie de manger?
  • Quel sentiment ou besoin est à l’origine de ma « pulsion alimentaire »?
  • Comment pourrais-je combler autrement et sainement ce sentiment ou besoin?

Cela demandera un peu d’effort au début mais très vite vous n’y penserez même plus. Vous pourrez à nouveau contrôler votre poids, voire même mincir si c’est votre objectif pour ainsi vous sentir en pleine santé physique et mentale.

Plus que la gestion des émotions, pour prendre soin de votre deuxième cerveau, la solution sera de manger équilibré (fibres, légumes, fruits…) afin de maintenir votre système immunitaire dans un environnement sain et réguler votre poids. Pratiquer du sport vous permettra d’exprimer vos émotions par la libération d’endorphines, l’Hormone du Bonheur!

Cet article étant extrait de la méthode neuro-nutrition minceur & santé, n’hésitez pas à vous procurez mon livre, si vous souhaitez découvrir une approche complète vous permettant de comprendre comment reprendre le contrôle de votre corps en 3D,

Christophe Cibois Coach Sportif – Coach de vie & minceur

Article précédent

Article suivant

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *