Pourquoi perdre du poids est lié à notre estime de soi?

Avec un taux d’obésité de 15 % en France, L’OCDE déclare que plus d’un adulte sur deux est en surpoids ou obèse et près d’un enfant sur six. Les projections sur 2030 sont pessimistes et prévoient une augmentation de l’obésité.

Si l’OMS et l’état français nous sensibilisent avec des campagnes pour mieux manger, qu’en est-il du sort de ces personnes en surpoids qui se lancent à la quête d’un idéal minceur? Ils se noient, la plus part du temps, dans un tas de régimes ne se rendant pas à l’évidence que perdre des kilos ne les aidera pas forcément à se sentir mieux.

Le problème se situe peut- être ailleurs…

En effet, la question qu’il faut se poser c’est « pourquoi la plupart des gens veulent faire un régime? ». Les raisons peuvent être diverses mais souvent, la cause est liée à une mauvaise image d’eux même, une mauvaise estime de soi au sens large. En bref, ils ne s’aiment pas.  Ces personnes souffrent, en réalité, d’une carence. Ils se sentent inférieur aux autres et se  mettent ainsi dans un état interne négatif . Ce qui est problématique  dans ce genre de situation, c’est que le temps n’arrange rien malheureusement. De plus,  chaque nouvelle tentative de régime sera bien souvent vouée à l’échec par avance puisque la raison du mal-être est psychologique. Si l’on regarde bien, au final, certaines personnes en surpoids s’acceptent tels qu’elles sont; elles se sentent bien dans leur peau et sont pleinement épanouies.

Nous comprenons mieux maintenant pourquoi les  personnes souffrant d’une mauvaise estime  sont dans de mauvaises « dispositions »  pour entamer un mode de vie alimentaire sain. Il va leur falloir en amont réaliser un travail en profondeur. Avant d’aller plus loin,  nous devons comprendre ce qui se cache derrière les mots « estime de soi » au sens large.

Qu’est ce que l’estime de soi?

C’est un jugement par rapport à soi. L’estime de soi se compose de l’amour de soi, l’image de soi et la confiance en soi. Plus clairement, elle correspond à la  valeur que l’on s’attribue. Si cette valeur est mauvaise, sous-estimée dirons-nous, elle peut se répercuter sur nos modes vies et pas toujours dans le bon sens comme nous l’avons évoqué plus haut.

Les conséquences d’une mauvaise estime sur notre santé

Nous allons négliger certains aspects essentiels à notre santé comme s’alimenter correctement. Dans les cas les plus sévères, par manque d’estime de soi, certains individus tentent de s’échapper de la réalité en ayant recours aux drogues ou deviennent workalcoolique. Pour  d’autres, ce sera des heures devant le poste de télévision et enfin pour la plupart d’entres nous ce sera la nourriture, devenant un réconfort afin de pallier à un manque en lien directe avec le jugement que l’on se fait de soi.

L’image que véhicule notre société n’est d’ailleurs pas en reste. En étant confronté aux exigences que nous impose les dictâtes de la minceur, cette estime se trouve malheureusement très altérée, nous menant à nous identifier à des modèles qui ne nous appartiennent pas. Tout le monde peut-il être mannequin ? Porter une taille 36 ? Ou encore ressembler à son « instagrammer » préféré?

Avec tous ces décalages liés à la faible valeur que nous nous attribuons  ou à un modèle sociétal utopique, la nourriture peut devenir très vite un refuge car facile d’accès.

Manger en excès constitue aussi un puissant anti-dépresseur naturel par la libération  d’hormones telle que l’endorphine liée à l’abondance de rations excessives répétés, camouflant ainsi de façon complice ce mal-être. C’est un cercle vicieux. Les couches s’accumulent! Laissant toutes ces causes réunies générer de surcroit les maladies du « siècle » que l’on nomment dépression, culpabilité, anxiété, peur de l’échec, stress, inflammation chroniques et j’en passe!

La solution?

Réapprendre à devenir authentique en s’aimant, en se faisant confiance, en réhaussant notre image. Il devient donc plus qu’urgent d’apprendre à se reconnecter à soi et de se réattribuer la valeur que l’on mérite.

Pour ne plus souffrir de ce manque d’estime, que vous soyez sur le point d’entamer un régime alimentaire ou pour apprendre à détoxifier votre cerveau, nous allons découvrir quelques pistes pour s’attaquer au vrai fond du problème. Nous allons comprendre comment s’accepter et fuir l’angoisse de la perfection.

Apprendre à s’accepter pour s’aimer?

Si vous ne vous aimez pas qui le fera pour vous? Comment pouvez-vous aimer en retour? Pour prendre soin de notre amour de soi, il est impératif de s’accepter, de suivre ses besoins…Cela est essentiel pour apprendre à ne pas souffrir, un bel exemple représentatif est la frustration!

En effet, lorsque vous êtes frustré vous allez chercher à combler ce vide en adoptant un comportement désagréable, ou bien encore en vous ruant sur la nourriture. Au final, vous ne  vous acceptez pas et par conséquence votre amour propre accusera le coup.
La prochaine fois que vous vous surprendrez à mettre quelque chose dans votre bouche alors que vous n’avez pas faim, posez-vous la question: « Ai-je vraiment faim ou est-ce un besoin que j’essaie de combler? ». Puis trouvez une solution plus adaptée que manger, comme vous mettre au sport pour vous défouler; pratiquer de la relaxation pour vous détendre et pour s’affirmer d’avantage; pensez au théâtre ou aux sports collectifs.

Fuir l’angoisse de la perfection ! 

Coller à une image qui n’est pas la sienne ne vous apportera que des désillusions car idolâtrer quelque chose d’inaccessible dans le but de s’en rapprocher ou lui ressembler est générateur d’angoisses. Pour se réapproprier une bonne image de soi, nous allons nous pencher sur un élément qui va agir tel un antidote pour fuir ce fléau de la perfection que l’on vous a imposé, parfois même inconsciemment.

Afin de soigner le « syndrome perfection », à chaque fois que vous constaterez que vous vous conformer  à des idéaux ou bien des personnes  pour correspondre à leur attentes; que vous vous imposerez de finir un travail à la perfection quel qu’il soit, alors que personne ne vous a rien demandé;  ou bien encore quand vous passerez en revu vos défauts dans le miroir; Dites-vous dans votre tête :  J’ai le droit de faire de mon mieux ! Je suis une belle personne!!!
Essayer sincèrement de glisser cette petite phrase curative dans votre for intérieur à chaque fois que nécessaire! Selon les neurosciences, il nous faudrait en moyenne 66 jours pour adopter un nouveau comportement ou une nouvelle pensée. Laisser faire le temps!

Et ensuite? 

Une fois les anciens démons chassés, bien choisir son spécialiste adapté à vos objectif alimentaires  s’avérera tout aussi important. Les programmes de diététique sont nombreux et faire le tri en fonction de ce qui vous correspond le mieux ne sera pas évident. Si l’on se penche sur les statistiques, nous constaterons que les régimes restrictifs engendrent (bien souvent pour des raisons biologiques) l’effet yo-yo.

Si je devais vous orienter vers une méthode plus naturelle et efficace pour retrouver un poids santé durable, je vous conseillerais le rééquilibrage alimentaire associé à une activité physique qui vous plait, tout en reprogrammant votre mental au bien-être.

Nous savons désormais qu’un état psychologique favorable vous permettra enfin d’entamer un régime qui portera ses fruits à coup sûr !

Pour aller plus loin et opérer un changement en profondeur, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à ce livre.

Christophe Cibois: Coach Sportif- Coaching de vie & minceur

Article précédent

Article suivant

1 Commentaire

  1. Felton Langworthy

    Pourquoi perdre du poids est lié à notre estime de soi?
    est en fait le MEILLEUR site web pour la perte de poids community, je le
    lis tous les jours, et je suis aussi heureux d’avoir
    trouvé
    http://tiny.cc/shocking-weight-loss qui m’aident non seulement à
    perdre du poids mais aussi à le garder et à me sentir mieux que jamais, j’espère que cela aidera les autres aussi, tiny.cc/shocking-weight-loss ou cliquez sur son nom.

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *